La réduction de tonsure, la greffe de cheveux au laser, les lambeaux, les cheveux artificiels en nylon sont à éviter.

Langue :
Newsletter Contact Plan du site

Autres techniques: réduction de tonsure, greffe de cheveux au laser, cheveux artificiels

1

Le laser

laser

Dans le domaine de la chirurgie esthétique, il est coutume d’essayer de trouver de nouvelles techniques, donnant l’impression au patient qu’une véritable révolution de la pratique a été accomplie.

L’utilisation du laser pour la greffe de cheveux en est un bel exemple.
Le laser, pour quoi faire ?

Autant le laser est une superbe invention pour le traitement des affections de la rétine au fond de l’œil ou l’effacement des tatouages, ou pour l’épilation définitive autant il est inutile dans le domaine de la greffe de cheveux. En effet, on l’utilise purement et simplement pour réaliser les petites incisions qui recevront les greffes. Le laser est capable de brûler, de cautériser la peau. C’est cette propriété que l’on emploie pour former les fentes.

Quels sont les arguments des fabricants et utilisateurs du laser ?

Le travail serait plus propre, la zone ne saigne pas.

Le laser a cependant de nombreux inconvénients :

  • Une greffe nouvellement implantée apprécie plus que tout un apport sanguin qui lui apporte nutriments et oxygène. Dans une incision cautérisée, il y a très peu de sang, le taux de repousse est donc moins bon.
  • Cette cautérisation empêche son utilisation dans une zone chevelue, car le risque de destruction des cheveux présents est très grand.
  • La précision de la profondeur et de l’orientation des fentes est moins bonne qu’avec une petite incision classique réalisée à partir d’un instrument tranchant.
  • Enfin, il arrive souvent qu’a la base de chaque greffe, la peau brûlée change légèrement de couleur, ce qui rend la greffe détectable.

En bref, cette technique n’apporte aucun avantage et comporte beaucoup d’inconvénients. Vaut mieux l’éviter.

Il y a un signe qui ne trompe pas : il y a quelque années, lors des congrès internationaux de greffe de cheveux, il n’était pas rare de débattre une journée sur ce sujet. Quatre fabricants de laser étaient présents et se disputaient le marché juteux de la vente des lasers.
Lors des derniers Congrès, pas une présentation ne concernait le laser.

Le laser, le retour ?

Depuis quelques années, des traitements externes au laser sont proposés. Il s’agit de laser à basse énergie qui activerait la repousse dans les zones dégarnies.
La firme HAIRMAX qui a mis au point le laser comb, a un protocole d’étude qui semble prouver une action favorable de l’usage du laser sur la repousse capillaire. L’avenir nous donnera plus de certitudes à ce sujet, pour plus de renseignements, voir nos liens.

2

La réduction de tonsure classique

réduction tonsure scalp reduction

Elle a déclenché un grand engouement lors de sa création par le Dr Blanchard en 1977.
Le procède est simple et astucieux.
Il consiste à retirer chirurgicalement une surface glabre ou chauve au niveau de la tonsure.
La peau chevelue environnante est étendue et recouvre la place laissée libre.
De nombreuses variantes, qui diffèrent principalement par la forme des incisions ont été mises au point. La forme en Y est la plus célèbre.

Avantages :

  • Rapide. L’intervention dure une petite heure et donne immédiatement un résultat.
  • Efficace : le principal avantage est la redistribution de cheveux difficilement mobilisables par une greffe de cheveux classique.
  • Economique : Elle réduit fortement la zone à greffer. En effet, une zone chevelue permanente est déplacée et remplace une zone où la plupart du temps les cheveux sont amenés à disparaître.
réduction tonsure scalp reduction

Inconvénients :

  • Souvent assez douloureux pendant quelques jours. Le décollement de la peau et la tension des tissus déplacés sont souvent gênants.
  • Il existe une cicatrice centrale, orientée sagittalement, qui est souvent visible si elle n’est pas traitée secondairement.
  • Il arrive que cette cicatrice s’élargisse a posteriori.
  • Il s’agit d’une intervention chirurgicale ou le risque d’hématome, d’infection, de nécrose est plus important que lors d’une greffe capillaire.
  • L’orientation des cheveux déplacés n’est pas toujours naturelle. En effet, les cheveux originels sont dirigés vers l’avant, l’arrière et les côtés alors que les cheveux déplacés restent souvent orientés vers les deux côtés.
  • Elle s’adresse surtout à des patients dont la calvitie de la tonsure est assez avancée.
    Si la zone retirée n’est pas assez large, une partie de la zone chevelue de recouvrement peut être constituée de cheveux qui tomberont dans le futur.
    Mais en retirant une surface plus grande que celle déjà dégarnie, on se prive de cheveux qui certes auraient sûrement disparus, mais qui sont encore présents.
  • Il faudra presque toujours compléter la réduction de tonsure par une greffe.

Pourquoi la réduction de tonsure a-t-elle moins de succès actuellement?

Les effets secondaires, plus importants (douleur, infection, …), effraient les patients.
L’engouement pour la greffe folliculaire, plus élégante, a jeté un certain discrédit sur cette chirurgie plus lourde et agressive.
Les patients qui souhaitent une greffe folliculaire, comprennent parfois assez mal qu’on leur propose une réduction de tonsure.

3

Les autres techniques à éviter

Il existe malheureusement encore des médecins ou des instituts qui appliquent des techniques obsolètes.
Les résultats sont malheureusement très souvent désastreux.
Cela est d’autant plus grave que dans certains cas, la correction s’avère difficile.
Des patients se présentent parfois avec une série impressionnante de problèmes;
par exemple, avec une zone donneuse très abîmée, une ligne antérieure trop basse, de grosses greffes et un manque de densité. La correction est un art difficile mais passionnant.
Il est cependant toujours préférable de ne pas être obligé d’y recourir.

cheveux artificiels en nylon

La greffe de cheveux artificiels en nylon

Très en vogue il y a une quinzaine d’année notamment au Japon, elle s’est soldée malheureusement au bout de deux ou trois ans par de véritables catastrophes esthétiques.
Il y a 3 ans, des Italiens ont tenté de plébisciter de nouvelles fibres biocompatibles.

Heureusement, les spécialistes échaudés par les premiers résultats n’ont pas souhaité renouveler l’expérience. En effet, le problème n’est pas celui de la biocompatibilité mais bien qu’un cheveu artificiel implanté constitue une voie d’entrée pour les bactéries.

Il y a toujours, à la longue, une forte inflammation qui débouche souvent sur une infection incontrôlable. Les séquelles cicatricielles sont réellement disgracieuses.
A éviter à tout prix !

description

La greffe de cheveux par gros punch

La greffe de cheveux par gros punch donne toujours des résultats peu naturels.
Les patients décrivent bien qu’il est plus pénible de supporter le regard d’autrui qui se tourne immanquablement vers leur cuir chevelu abîmé que ce même regard au temps où ils étaient chauves ou dégarnis.

Chez les patients ayant des cheveux très épais, non seulement les premières lignes devront ne comporter que des greffes à un cheveu, mais il faudra veiller à sélectionner les cheveux les plus fins. Seul l’usage du microscope le permet.

lambeaux jury

Les lambeaux

Il s’agit d’une méthode chirurgicale lourde qui consiste à déplacer des pans entiers de cuir chevelu. Ils sont surtout utile pour une chirurgie reconstructrice, par exemple après un accident.
Ils n’ont pas leur place dans le traitement de la calvitie, surtout s’ils servent à reconstituer la ligne antérieure. L’aspect est souvent très peu naturel.

Il existe des dispositifs mécaniques qui réduisent fortement le temps de découpe. Il s’agit de scalpels multi lames pour pré découper les greffons, de blocs de lames associés à une presse qui produit deux milles "greffes" en 10 minutes. Il existe même une machine composée d’un drill, reliée à un système d’aspiration qui envoie le greffon via un tuyau plastique de l’arrière du crâne vers l’avant. Le greffon est alors réimplanté à l’aide d’un micro pistolet à air.
Le gaspillage est énorme, 40 à 50 % des cheveux extraits sont irrémédiablement détruits.